Dépêches Linuxfr

Dépêches Linuxfr

  1. Pytest‑monitor est une toute nouvelle extension pour Pytest, le cadriciel de test du langage Python, qui vous permet d’analyser l’utilisation des ressources de la machine exécutant les tests.

    Logo Pytest-monitor

    Pour le moment, trois ressources sont surveillées et historisés par cette extension :

    • le temps d’exécution ;
    • la consommation mémoire ;
    • l’utilisation du processeur.

    Chaque résultat étant attaché à un environnement d’exécution, il est facile de comparer l’impact du matériel utilisé pour faire tourner vos tests.

    Pytest‑monitor est particulièrement utile lors de mises à jour par exemple, qu’elles soient matérielles ou logicielles. Vous pourrez apprécier quel a été l’impact d’une montée de version d’une dépendance externe sur laquelle vous n’avez pas le contrôle, ou encore le changement d’interpréteur ou de la machine faisant tourner les tests.

    C’est aussi appréciable en intégration continue de pouvoir voir l’impact des modifications du code sur les tests et d’avoir une idée de l’incidence sur les performances.

    Utilisation et mode de fonctionnement

    À partir du moment où vous avez au minimum un Python 3.5 et Pytest 4.4, l’installation se fait en une ligne de commande via les classiques canaux :

    • Anaconda : conda install pytest-monitor -c https://conda.anaconda.org/conda-forge ;
    • pip : pip install pytest-monitor.

    Ensuite, pytest‑monitor est actif par défaut dès que vous lancez vos (py)tests, pas besoin d’ajouter du code ou des commentaires. L’extension va faire une « photo » des ressources utilisées avant l’exécution des tests puis va se baser sur les routines système pour récupérer les informations et minimiser son propre impact sur les mesures :

    • psutil, pour l’utilisation processeur ;
    • memory_profiler, pour la consommation mémoire.

    Certes, la prise des mesures aura un impact sur les performances, mais il reste contenu et négligeable par rapport aux tests eux‑mêmes.

    Au premier lancement, une base SQLite est créée dans le répertoire d’exécution. Celle‑ci contient trois tables : une pour stocker la définition de l’environnement (processeur, mémoire disponible, nom de la machine, système d’exploitation, version de Python, etc.), une pour la session (tâche en charge des tests avec horodatage) et la dernière les résultats proprement dits pour chaque mesure (horodatés et reliés à un environnement et à une session). Dans une future version, il sera possible de pousser les résultats directement sur un serveur qui pourra les centraliser. La portée des résultats peut se faire au niveau fonction, module, classe ou encore session. De plus, il est possible d’influer sur la manière dont sont surveillés les tests, principalement avec des marqueurs :

    • désactivation locale (via un commentaire) ou globale de la mesure de la performance des tests ;
    • paramétrage de certains tests, afin de pouvoir rejouer certaines fonctions avec des jeux de paramètres différents.

    Pytest‑monitor est très peu intrusif sur les tests, preuve en cet exemple issu de la documentation. Vous n’avez quasiment rien à ajouter pour obtenir des résultats exploitables :

    import pytest
    import time
    
    # Tests are run and monitored by default: no boilerplate code needed
    def test_sleep1():
        time.sleep(1)
    
    # Run as a test, but do not monitor:
    @pytest.mark.monitor_skip_test
    def test_sleep2():
        time.sleep(2)
    
    # Support for parametrized tests (monitored by default):
    @pytest.mark.parametrize(('range_max', 'other'), [(10, "10"), (100, "100"), (1000, "1000"), (10000, "10000")])
    def test_heavy(range_max, other):
        assert len(['a' * i for i in range(range_max)]) == range_max

    Contributions

    Le code source, sous licence MIT, est disponible sur un dépôt GitHub et son auteur, Jean‑Sébastien Dieu, est ouvert aux contributions externes.

    Bons tests !

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  2. Cette revue de presse sur Internet fait partie du travail de veille mené par l’April dans le cadre de son action de défense et de promotion du logiciel libre. Les positions exposées dans les articles sont celles de leurs auteurs et ne rejoignent pas forcément celles de l’April.

    [The Conversation] Comment le coronavirus a réveillé l’intelligence collective mondiale

    ✍ Marc Santolini, le dimanche 5 avril 2020.

    « Individuellement, nous sommes tous démunis devant la crise du coronavirus. Un boom collaboratif mondial est en train de changer la manière dont la science se fait. »

    Et aussi :

    [Clubic.com] Jitsi, l’alternative open‑source à Zoom, a été téléchargée plus de 1,4 million de fois en mars

    ✍ Pierre Crochart, le vendredi 3 avril 2020.

    « Le confinement généralisé de la moitié de la population mondiale ne fait pas les choux gras que de ZOOM. Jitsi Meet, son alternative open‑source (et respectueuse de la vie privée) a elle aussi fait un bond de géant le mois dernier. »

    Et aussi :

    [Next INpact] Parcoursup : consécration du droit constitutionnel d’accès aux documents administratifs

    ✍ Marc Rees, le vendredi 3 avril 2020.

    « Le Conseil constitutionnel consacre l’existence d’un droit constitutionnel à l’accès aux documents administratifs. Il considère en outre que les établissements d’enseignement supérieur sont tenus de rendre compte des critères en fonction desquels ont été examinées les candidatures Parcoursup. Explications. »

    [ZDNet France] Comment Huawei cherche à protéger ses brevets

    ✍ Steven J. Vaughan‑Nichols, le jeudi 2 avril 2020.

    « Si certains pourraient trouver cela surprenant, Huawei a fait le choix de rejoindre le Linux and Open Invention Network, le principal groupe américain de défense des brevets et de la protection intellectuelle. »

    [Arcinfo] L’Université de Neuchâtel souhaite donner des armes juridiques à l’open source matériel

    ✍ Loïc Marchand, le mercredi 1er avril 2020.

    « Des chercheurs de l’Université de Neuchâtel lancent une étude afin de poser les bases juridiques profitables au développement de l’open source matériel (hardware) en Suisse. Ce projet de trois ans est soutenu par le Fonds national suisse à hauteur de 210 000 francs. »

    [Presse Citron] L’équipe d’Elizabeth Warren rend ses outils de campagne accessibles en open source

    ✍ Jean‑Yves Alric, le mardi 31 mars 2020.

    « L’idée est de permettre à d’autres causes de bénéficier de ces services gratuits et faciles à prendre en main. »

    [ZDNet France] « Ça reste ouvert », une carte collaborative créée par des contributeurs d’OpenStreetMap

    ✍ Thierry Noisette, le mardi 31 mars 2020.

    « Quels lieux, commerces et services restent ouverts, et avec quels horaires, pendant le confinement anti‑coronavirus ? Le site caresteouvert.fr, développé par des bénévoles et auxquels les internautes peuvent contribuer, permet de le savoir. »

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  3. La version 75 de Firefox desktop a été publiée le 7 avril 2020.

    D’une manière générale, la principale amélioration est la refonte de l’Awesomebar. Plus particulièrement si vous êtes linuxien, vous pourrez constater que la restauration de session tient désormais compte des espaces de travail, et vous pourrez même tester les nouveaux procédés d’accélération du rendu WebGL et du décodage H.264 : c’est Pâques avant l’heure !

    Les nouveautés sont développées dans la deuxième partie.

    Sommaire

    Nouveautés pour le bureau

    • refonte de l’Awesomebar pour plus d’efficacité ; par exemple, si vous sélectionnez la barre d’adresse, vous verrez dérouler les sites les plus visités ; différentes choses ont été revues pour alléger l’interface et la rendre plus adaptée aux petits écrans, comme la suppression du préfixe « www » dans les résultats déroulants sous la barre d’adresse, pour une meilleure lisibilité (ce comportement est en correspondance avec celui des autres navigateurs), et la fonction d’autocomplétion d’adresse ne propose plus de basculer vers l’onglet courant, ce qui était un peu idiot (c’est un bogue de dix ans d’âge qui s’en trouve résolu) ;
    • chargement intelligent des images permettant d’éviter de charger inutilement les images de la page qui ne sont pas affichées sur l’écran (l’auteur du site doit avoir spécifié <img loading="lazy"/>) ; les images sont souvent la partie la plus lourde d’une page et certaines ou toutes peuvent être hors écran lors du premier chargement de la page, éviter de charger des images hors écran est une belle victoire car cela signifie que le contenu de la partie affichée se charge plus rapidement, la bande passante est préservée et l’utilisation de la mémoire par le navigateur est diminuée ;
    • une importante fuite de mémoire a été éliminée en corrigeant le bogue 1610193, cette fuite se produisait lorsque les utilisateurs rechargeaient une page de YouTube ou Facebook, et supposément pour d’autres sites ;
    • des trucs concernant les certificats d’authentification pour les sites Web sécurisés ;
    • [expérimental] suppression automatique des cookies de pistage et autres données de site après trente jours — Numerama précise : « il s’agit d’identifier les sites qui placent des cookies de pistage dans Firefox et de les supprimer automatiquement au bout de 30 jours, si aucune interaction n’a eu lieu entretemps avec les sites qui les ont déposés. La purge concerne aussi les données de sites. » — pour le moment, cette fonctionnalité est désactivée par défaut (basculer privacy.purge_trackers.logging.enabled sur true pour la tester) ;
    • la page d’informations about:support inclura désormais l’environnement de bureau GNU/Linux de l’utilisateur, ceci devrait faciliter le traitement des problèmes spécifiques à GNOME, KDE, etc. ;
    • sur GNU/Linux et macOS, la restauration de session tiendra compte des espaces de travail ; c’est un bogue de treize ans d’âge qui s’en trouve résolu ;
    • [expérimental] les performances de WebGL et de lecture vidéo H.264 (puis VP9 avec la version suivante) sous GNU/Linux dans une session Wayland vont faire un bond, grâce au boulot fait autour de GL compositor (l’autre procédé d’accélération, plus ancien que WebRender mais qui reste plus efficace dans deux cas : WebGL et rendu vidéo) — cf. le rapide comparatif de Martin Stránský d’utilisation du processeur lors du visionnage d’une vidéo haute définition — ; du coup, sous Wayland, si votre matériel le prend en charge, vous pourrez profiter de la lecture vidéo accélérée via VA‑API / dmabuf en activant widget.wayland-dmabuf-vaapi.enabled, et pour booster WebGL, il faut activer widget.wayland-dmabuf-webgl.enabled ! Capture d’écran de la célèbre démo WebGL Aquarium tournant à 60 i/s

    Nouveautés pour Android

    Rien que le minimum, l’actuel Firefox pour Android étant entré en mode maintenance en attendant la sortie du nouveau Firefox pour Android (qui est actuellement développé sous le nom de Firefox Preview).

    Actualités afférentes

    À venir dans Firefox pour le bureau

    Version 76

    Firefox ne gèrera bientôt plus le protocole FTP dans le navigateur

    « Plusieurs raisons, notamment de sécurité, ont conduit la fondation à prendre cette décision » indique Numerama.

    Amélioration de la prise en charge de Jitsi

    Jitsi est une application libre multi‑plate‑forme de messagerie instantanée, voix sur IP et visioconférence qui est née au sein de l’Université de Strasbourg qui précisait alors :

    « L’échange de données en temps réel, la visiophonie, le partage de ressources sont désormais des usages courants, aussi bien dans le cadre professionnel que privé. Cependant, les solutions proposées sur le marché présentent des risques pour la confidentialité et la sécurité. C’est pourquoi l’usage d’un logiciel tel que Skype est déconseillé dans l’enseignement supérieur et la recherche. »

    Jitsi est intégré à la liste des logiciels libres préconisés par l’État français dans le cadre de la modernisation globale de ses systèmes d’informations.

    Le bogue 1606823 est résolu dans la version 76 (où il faudra passer media.navigator.video.use_transport_cc à true) :

    « This change includes support to negotiate the transport-wide-cc RTP extension
    needed to enable sender side bandwidth estimation in WebRTC. When this
    extension is supported in both sides during the Offer/Answer negotiation the
    transport_cc mode is enabled in the WebRTC engine so that this mode is used
    instead of the legacy receiver‑side (REMB based) mechanism.
     »

    Pour ce qui est de la suite, un développeur de Mozilla précise :

    « Our current plan is to not enable transport-cc by itself without RTX as we are concerned that this would be a feature combination which nobody has ever tested. Therefore our plan is to wait for RTX to become available in Firefox Nightly and then turn both feature on together. »

    Pour suivre le développement, c’est ici.

    État du développement de Fenix, le futur Firefox pour Android

    Dans la dernière dépêche, nous évoquions l’imminence d’une version majeure : la 4.0 est sortie le 10 mars dernier, suivie d’une 4.1. puis d’une 4.2. Disponible dès à présent dans le magasin d’applications de Google sous le nom de Firefox Preview, ou sur GitHub (et à terme dans le magasin alternatif F‑Droid, espérons‑le).

    En bref

    C’est dans la boîte : Firefox bêta « Flatpakisé »

    Mozilla livre désormais ses Firefox bêtas également en Flatpak (suivez les explications), en attendant que ce soit suffisamment peaufiné pour faire de même avec les versions finales. Il est encore trop tôt pour savoir si cette initiative va cartonner.
    Mise à jour : la version stable de Firefox vient d'arriver sur FlatHub.

    Ciblage publicitaire sur le Web

    Qu’est‑ce que c’est que ce brol avec Twitter ?

    Ce que vous devez savoir à propos de Twitter sur Firefox, sur blog.mozfr.org.

    Langage Rust

    Apple rejoint les rangs à son tour.

    Trucs et astuces

    Paramétrer Wayland et WebRender pour Firefox sur ma distrib.

    Contribuer aux dépêches sur Firefox

    Pour contribuer à la prochaine dépêche sur Firefox 76, c’est par ici !

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  4. Soixantième émission « Libre à vous ! » de l’April. Podcast et programme :

    • sujet principal : la politique logiciel libre de Fleury‑les‑Aubrais, avec William Gonzalez, délégué à la protection des données, et membre de l’April ;
    • chronique « Les transcription qui redonnent le goût de la lecture » de Marie‑Odile Morandi, qui partage son analyse des sujets du « Décryptualité » de mars 2020 ;
    • échange avec William Gonzalez sur son livre Une expérience libre.

    Suite au confinement de la population, l’émission a été diffusée dans des conditions particulières. Toutes les personnes ont participé à l’émission depuis chez elles. D’un point de vue technique, nous avons utilisé le module de discussion de Nextcloud. Les prochaines émissions seront diffusées dans les mêmes conditions, mais peut‑être avec d’autres outils.

    Rendez‑vous en direct chaque mardi de 15 h 30 à 17 h sur 93,1 MHz en Île‑de‑France. L’émission est diffusée simultanément sur le site Web de la radio Cause Commune.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  5. LinuxFr.org propose des dépêches et articles, soumis par tout un chacun, puis revus et corrigés par l’équipe de modération avant publication. C’est la partie la plus visible de LinuxFr.org, ce sont les dépêches qui sont le plus lues et suivies, sur le site, via Atom/RSS, ou bien via partage par messagerie instantanée, par courriel, ou encore via médias sociaux.

    Bannière LinuxFr.org

    Ce que l’on sait moins, c’est que LinuxFr.org vous propose également à tous de tenir vos propres articles directement publiables, sans validation a priori de lʼéquipe de modération. Ceux‑ci s’appellent des journaux. Voici un florilège d’une dizaine de ces journaux parmi les mieux notés par les utilisateurs et les utilisatrices… qui notent. Lumière sur ceux du mois de mars passé :

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  6. Bienvenue dans la lettre d’information XMPP couvrant les mois de février et mars 2020. Elle est chargée !

    Nous sommes toujours ravis de voir des contributeurs : rejoignez‑nous et discutez avec nous dans le MUC de l’équipe de communication, et aidez‑nous ainsi à alimenter cette lettre sous la forme d’un effort communautaire dont le processus est entièrement documenté.

    Inscrivez‑vous pour recevoir la prochaine édition dans votre boîte de courriel !

    Sommaire

    Articles

    Un tour d’horizon sympa et court sur XMPP en español !

    Marvin Schirrmacher a analysé le protocole VoIP de WhatsApp. Il a extrait les clés de chiffrement et également montré que le code fermé ne protège finalement pas des attaquants. Plus de lecture sur GitHub ici, ici et .

    « Mobile Kommunikation: zeitgemäß und rechtskonform », un article allemand mentionnant MOKA/XMPP à propos de la communication mobile utilisée par les autorités.

    Daniel Gultsch (iNPUTmice) a publié plusieurs articles commentant la situation des vecteurs initiaux d’OMEMO.

    Une discussion (en espagnol) sur le site Quey.org a comparé la performance de XMPP et de Matrix. Il semble que XMPP gagne haut la main !

    Liz Flynn a prévu une notification pour IETF‑107 à propos de Messaging Layer Security (MLS) [sécurité de la couche de messagerie]. Vous pouvez lire le brouillon de l’architecture actuelle ici.

    Après un récent trou de sécurité concernant les groupes WhatsApp, la FSFE recommande XMPP comme une solution alternative décentralisée et ouverte. La XSF a déjà tweeté à ce propos.

    Stefan Kropp (debxwoody) a commencé à construire un espace pour les utilisateurs allemands de XMPP, incluant un média social, une liste de diffusion, une page d’accueil et un blog. Il demande l’aide de contributeurs !

    Après que l’équipe de Prosody a sorti Snikket, Alexander Gnauk explique comment le faire tourner sur votre NAS.

    Sam Whited a écrit au sujet de la bibliothèque Go XMPP.

    Il se trouve que Grindr utilise XMPP pour la messagerie de son application.

    Edward Maurer (emus) a tiré un article de blog du brainstorming « une vision pour XMPP », qu’il a réalisé durant l’atelier « En ligne » de Berlin.

    Évènements

    Après le travail de l’atelier de Düsseldorf, OMEMO a été publié en version 0.4 – Félicitations aux auteurs ! Plus de lecture de leurs notes sur NEWMEMO et OMEMO:1 Prérequis. Paul Schaub a également republié sa synthèse : « atelier spécification d’OMEMO ».

    Les 1ᵉʳ et 2 février s’est tenu le FOSDEM à Bruxelles en Belgique. Comme d’habitude, la communauté XMPP a coordonné le salon Real‑Time, un coin où plusieurs projets open source autour de la communication en temps réel pouvaient se présenter. Au stand XMPP, il y a eu beaucoup de conversations sympathiques avec les visiteurs du FOSDEM. L’adoption aisée de Snikket était une des attractions du stand. Dans le salon des développeurs Real‑Time se tenait une présentation sur la modularité du protocole XMPP par Winfried Tilanus.

    Comme d’habitude, avant le FOSDEM, une partie de la communauté XMPP s’est réunie pour le XMPP summit 24. Durant deux jours, plusieurs aspects du protocole XMPP ont été discutés, incluant son adoption, la présence enrichie, plusieurs aspects du chiffrement, MIX, Bind/SASL, autocollants et rich markup. Les participants ont considéré cette réunion comme très productive et de nombreuses discussions ont déjà donné lieu à des propositions d’extensions du protocole et des correctifs d’extensions existantes.

    L’atelier « En ligne » de Berlin est terminé ! Pas de chance pour le Covid‑19 — c’était une situation involontaire, mais une super expérience et un nombre impressionnant de personnes y a participé. Tim Schrock, du DBJR [N. D. T. : Deutscher BundesJungerdring], a publié un petit résumé de notre atelier virtuel.

    Sorties de logiciels

    Serveurs

    Jackal (un serveur XMPP écrit en Go) a été publié en version 0.82.

    La communauté Ignite Realtime a sorti la version 4.5.1 d’Openfire avec des corrections et des améliorations que vous pouvez lire dans leur journal des modifications. Le greffon REST API a également été publié en version 1.4.0.

    Erlang Solutions a écrit au sujet des améliorations des notifications push dans MongooseIM. Mongoose a également sorti MongooseIM version 3.6.1 et MongoosePush version 2.0.1.

    ProcessOne a sorti go-xmpp en version 0.5.0. Et, utilisant cette bibliothèque, il a sorti xmpp-notifier v1.0.0 qui permet d’envoyer des notifications vers XMPP [N. D. T. : notifications en rapport avec des évènements GitHub].

    Durant l’atelier « En ligne » de Berlin, la version 0.0.4 de sms4you, la passerelle SMS personnelle, a été préparée et publiée. sms4you transfère des messages textuels vers et depuis XMPP, ou alternativement vers et depuis le courriel. Il est déjà dans Debian Sid.

    Clients et applications

    Tigase a publié de nouvelles versions de BeagleIM et Siskin.

    Goffi a publié ses notes de progressions sur SàT 2020-W08.

    Un certain nombre de clients ont migré d’OMEMO IV [N. D. T. : Initial Vectors] 16 octets vers 12 octets. Il s’agit de Conversations, Gajim, Psi et Profanity.

    Chris Ballinger a sorti la version 5.0.1 de ChatSecure.

    La sortie de Movim 0.17 – Catalina inclut la recherche globale dans les salons, un thème sombre, la rétractation de message et des changements d’interface utilisateur.

    Pix‑Art Messenger retirera son code OTR dépassé aux alentours de mi‑2020. Les experts d’une quelconque future implémentation de OTRv4 sont invités à contribuer à un nouveau code.

    Profanity a publié les notes de version 0.8.0 et 0.8.1, ainsi qu’un article de blog. Plus de détails sur leur dernière fonctionnalité de correction de messages.

    Les nouvelles du développement de Gajim de février 2020 : invitations revisitées, améliorations des couleurs et nouveau Flatpak Nightly.

    Les nouvelles du développement de Gajim de mars 2020 : nouvel assistant à la création de compte avec suggestions de serveurs, prise en charge des WebSockets et de nombreuses corrections de bogues !

    De nouveau, les nombreux changements et améliorations de ce mois ont été implémentés dans Monal 4.3 et 4.4. L’application a été réorganisée pour Catalyst avec des corrections, la suppression de Google Talk, le retour de l’application en France et des changements d’interface utilisateur, pour ne citer que les articles de blog importants et les modifications ! Monal peut maintenant lire les IV OMEMO de 12 octets mais les limite à partir de maintenant à iOS 12 et 13.

    Pàdé 1.6.0 a été publié par la communauté Ignite Realtime.

    BeagleIM a été publié en version 3.7 et SiskinIM en version 5.7. Marque‑pages améliorés !

    Bibliothèques

    Smack prend maintenant en charge Direct MUC Invitations (invitations directes aux MUC), Stanza Content Encryption (le chiffrement du contenu des stanzas), Message Fastening (l’attachement de message) et Message Retractation (la rétractation de message). Lisez l’article de blog de Paul Schaub (vanitasvitae) qui aborde également les changements récents d’OMEMO vers les IV à douze octets. Vous voulez implémenter une XEP dans Smack ? Commencez votre lecture ici !

    Le changement d’OMEMO des IV de seize octets vers les IV de douze octets continue pour Smack et Python.

    Une bibliothèque XMPP pour Go.

    Autres

    Comme précédemment mentionné : Snikket !

    Le titre dit tout : une histoire du chiffrement de bout en bout et la mort de PGP.

    Comment configurer Conversations – på svenska !

    Services

    JabberPL.org fête ses quinze ans – Félicitations ! Pour ses utilisateurs, il a également amélioré son service.

    Extensions et spécifications

    Mises à jour

    La version 0.3.1 de la XEP‑0343 (Signaling WebRTC datachannels in Jingle) a été publiée.
    Résumé : Cette spécification définit comment utiliser la méthode de transport ICE‑UDP de Jingle pour envoyer des données multimédia en utilisant des canaux de données WebRTC, donc utilise techniquement DTLS/SCTP par‑dessus la méthodologie interactive d’établissement de connectivité (ICE) qui fournit un NAT traversal solide pour le trafic de données multimédia.

    La version 0.4.0 de la XEP‑0384 (OMEMO Encryption) a été publiée.
    Résumé : Cette spécification définit un protocole pour le chiffrement de bout en bout dans les conversations un à un, ainsi que les conversations de groupe dans lesquelles chaque participant peut avoir plusieurs clients par compte.

    La version 1.1.2 de la XEP‑0167 (Jingle RTP Sessions) a été publiée.
    Résumé : Cette spécification définit un format d’application Jingle pour négocier une ou plusieurs sessions qui utilisent le protocole de transport temps réel (RTP) pour échanger des médias tels que la voix ou la vidéo. Le format d’application inclut une correspondance directe avec le protocole de description de session (SDP) pour l’interopérabilité avec les clients SIP.

    Divers

    ProtoXEP

    L’éditeur des extensions XMPP a reçu les propositions suivantes :

    Simple JSON messaging

    Cette spécification propose un mécanisme simple par lequel les applications peuvent transférer des données de manière sécurisée, sans besoin de travailler sur la conception d’un protocole additionnel. Elle a pour objectif de fournir un protocole trivial à implémenter et peut être gérée avec une simple API.

    Cette spécification fournit un protocole standardisé pour chercher des conversations de groupe publiques. À l’inverse de la XEP‑0030 (Service Discovery), elle fonctionne pour plusieurs domaines et, à l’inverse de la XEP‑0055 (Jabber Search), elle gère l’extensibilité de manière plus claire.

    Trust Messages

    Ce document spécifie un moyen de communiquer la confiance en des clés publiques à long terme utilisées par les protocoles de chiffrement de bout en bout d’un client à un autre.

    MUC Presence Versioning

    Cette spécification définit un mécanisme de gestion de version qui réduit la quantité de trafic de présence dans un MUC de la XEP‑0045.

    Expérimentales

    La version 0.1.0 de la XEP‑0434 (Trust Messages) a été publiée.
    Résumé : ce document spécifie un moyen de communiquer la confiance en des clés publiques à long terme utilisées par les protocoles de chiffrement de bout en bout d’un client à un autre.
    Modification : acceptée par vote du Conseil le 19 février 2020 (XEP Editor [jsc]).

    Actives

    La version 1.0.0 de la XEP‑0345 (Form of Membership Applications) a été publiée.
    Résumé : cette spécification souligne la forme et le contenu obligatoire des formulaires d’adhésion [N.D.T.: à la XSF].
    Modifications : votée comme « active » par le Board le 7 mars 2019 ; désolé pour le délai dans la file d’attente de l’éditeur (XEP Editor [jsc]).

    Brouillons

    La version 1.0.0 de la XEP‑0363 (HTTP File Upload) a été publiée.
    Résumé : cette spécification définit un protocole pour demander les permissions d’une autre entité pour téléverser un fichier dans un chemin spécifique sur un serveur HTTP, et, dans le même temps, recevoir une URL depuis laquelle ce fichier pourra plus tard être de nouveau téléchargé.
    Modifications : acceptée comme brouillon par le Conseil XMPP, votée le 29 janvier 2020 (XEP Editor [jsc]).

    Appel à expérience

    L’éditeur de XEP souhaiterait lancer un appel à expérience avant de les présenter au Conseil pour leur progression vers un statut final. Durant cet appel à expérience, veuillez répondre aux questions suivantes concernant les :

    Remerciements

    Cette lettre d’information XMPP a été réalisée collaborativement par la communauté.

    Merci à Aleja, emus, Licaon_Kter, MDosch, Neustradamus, Nÿco, pep, Sven, Vanitasvitae, Winfried et Wurstsalat pour leur aide dans son élaboration !

    Partagez ces informations sur les « réseaux sociaux » :

    Licence

    Cette lettre d’information est publiée sous la licence CC By‑SA.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  7. N. D. M. : vu le contexte de pandémie de Covid‑19 et les restrictions locales ou nationales (Belgique, France, Québec et Suisse) sur les rassemblements, beaucoup d’événements sont annulés (dès que les organisateurs ont pensé à mettre à jour l’Agenda du Libre ou non). Nous avons donc retiré tous les événements en présentiel. « Restez chez vous ! » (et profitez‑en pour contribuer à des logiciels libres).

    Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces deux événements (France : 1, Québec : 1) est en seconde partie de dépêche.

    Bannière Libre en Fête 2020

    [FR Paris] Émission « Libre à vous ! » — Le mardi 7 avril 2020 de 15 h 30 à 17 h.

    L’émission « Libre à vous ! » de l’April est diffusée chaque mardi de 15 h 30 à 17 h sur radio Cause Commune sur la bande FM en région parisienne (93,1 MHz) et sur le site Web de la radio.

    Le podcast de l’émission, les podcasts par sujets traités et les références citées sont disponibles dès que possible sur le site consacré à l’émission, quelques jours après l’émission en général.

    Les ambitions de l’émission « Libre à vous ! »

    La radio Cause commune a commencé à émettre fin 2017 sur la bande FM en région parisienne (93,1 MHz) et sur Internet.

    Depuis mai 2018, l’April anime une émission d’explications et d’échanges sur la radio Cause Commune sur les thèmes des libertés informatiques.

    « Libre à vous ! » se veut avant tout une émission d’explications et d’échanges sur les dossiers politiques et juridiques que traite l’April, et sur les actions qu’elle mène.

    Pour les libertés informatiques en général, et pour le logiciel libre en particulier.

    « Libre à vous ! » c’est aussi un point sur les actualités du Libre, des personnes invitées aux profils variés, de la musique sous licence libre, des actions de sensibilisation.

    Donner à chacun et chacune, de manière simple et accessible, les clefs pour comprendre les enjeux mais aussi proposer des moyens d’action, tel est l’objectif de cette émission hebdomadaire, qui est diffusée en direct chaque mardi du mois de 15 h 30 à 17 h.

    L’émission dispose d’un flux RSS compatible avec la baladodiffusion ainsi qu’un salon dédié sur le webchat de la radio (salon #libreavous).

    [CA-QC Montréal] Linux‑Meetup Montréal — Le mardi 7 avril 2020 de 19 h à 22 h.

    Local de la rencontre La prochaine rencontre sera virtuelle, les détails viendront sous peu.

    Programmation de la rencontre

    ATTENTION, le conférencier invité n’a pas encore été choisi. Si vous connaissez des compagnies œuvrant dans le logiciel libre, n’hésitez pas à m’envoyer un message.

    Ce mois‑ci, nous aurons plusieurs petites présentations éclairs (« lightning talks ») reliées à Linux et aux logiciels libres.

    Avis aux intéressés, envoyez‑moi un courriel si vous voulez présenter quelques choses. Sinon, ce sera des présentations éclairs improvisées avec les gens présents.

    Par la suite, si le temps le permet, on fera une discussion de groupe sur un thème déterminé par les gens présents… discussions libres et ouvertes.

    Lieu
    Rencontre virtuelle

    Extras
    La rencontre est gratuite et ouverte à tous (de débutants à experts) et rassemble des gens de diverses professions gestionnaires, professeurs, administrateurs de systèmes, ingénieurs, programmeurs, retraités, étudiants, etc.

    Les Linux‑Meetup se déroulent simultanément à travers le monde tous les premiers mardis du mois ainsi que dans plusieurs régions du Québec.

    Vous pouvez confirmer votre présence sur un ou plusieurs réseaux sociaux afin de promouvoir l’événement Google+, Linkedin, Facebook, Twitter et Meetup.

    Au plaisir de vous rencontrer,

    Martial

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  8. Après une ouverture en septembre 2016 et quatre promotions, la licence professionnelle ADSILLH (Administrateur et Développeur de Systèmes Informatiques à base de Logiciels Libres et Hybrides) ouvre de nouveau ses portes à l’Université de Bordeaux à la rentrée 2020 !

    Cette licence professionnelle vise à former les étudiants à intégrer des logiciels libres et hybrides en un ensemble cohérent répondant aux besoins des entreprises, un système d’information complet par exemple. Il s’agit également de s’impliquer dans les communautés de développeurs de logiciels libres, pour remonter ou corriger les bogues, contribuer des fonctionnalités (c’est tout l’objet du projet tuteuré).

    C’est une licence pro en un an (donc BAC + 3), elle est ouverte aux L2, DUT, BTS, en formation initiale et en alternance, mais aussi en formation continue, reprise d’études et contrat professionnel (on peut faire une VAP — Validation des Acquis Professionnels — pour l’inscription). Des VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) sont également possibles.

    Contenu

    • systèmes et réseaux :
      • programmation système,
      • programmation réseau,
      • installation et configuration des systèmes et réseaux ;
    • technologies logicielles :
      • bases de données,
      • développement Web,
      • logiciels de communication ;
    • maîtrise d’ouvrage Web ;
    • progiciels CMS/ERP/BI ;
    • sûreté et sécurité ;
    • projet tuteuré : contribution à un logiciel libre ;
    • droit et économie des logiciels libres ;
    • anglais ;
    • stage en entreprise.

    Prérequis

    Les prérequis sont l’utilisation d’UNIX en général, la programmation de base en Python et en C et une touche d’algorithmie. Il est possible de s’auto‑former sur les éventuels quelques éléments manquants entre l’inscription et la rentrée. Le détail est disponible sur le site de la formation.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  9. FRAISE : un projet open hardware pour simplifier la réalisation d’interfaces de contrôle.
    C’est un environnement libre développé au sein de metalu.net, composé de cartes électroniques programmables à faible coût et d’un ensemble logiciel.
    Cet outil vise à simplifier la réalisation d’installations robotiques, la construction d’interfaces de contrôle (pour la musique, la lumière, le Vjing…) ou tout autre assemblage de logiciels, de capteurs et d’actionneurs.
    FRAISE trouve sa place dans de nombreuses créations d’artistes, dont certaines sont documentées sur le site metalu.net.

    FRAISE

    FRAISE possède de nombreux avantages, elle permet notamment :

    • une meilleure symbiose entre logiciel (l’application exécutée par l’ordinateur) et matériel (les cartes électroniques interfaçant capteurs et actionneurs) ;
    • de simplifier le câblage d’une machine complexe (éviter les « paquets de fils ») ;
    • de ne pas être limité par la longueur des câbles (libre dimension de l’installation) ;
    • de pouvoir facilement rajouter une fonction matérielle à n’importe quel endroit de l’installation ;
    • d’accélérer le prototypage et le développement.

    FRAISE dispose de plusieurs caractéristiques qui lui sont propres :

    • la connexion de plusieurs dizaines de cartes (jusqu’à 126) sur le même port USB d’un ordinateur ;
    • une longueur de câbles d’interconnexion pouvant atteindre 400 mètres cumulés ;
    • un environnement de développement, de test et d’exécution entièrement intégré dans Pure Data ;
    • une bibliothèque de fonctions avancées, intégrant par exemple l’acquisition de mesures de capteurs, le contrôle de moteurs (asservissement en vitesse ou position, limitation de vitesse, d’accélération et de freinage), la gradation de lumière.

    Pour aller plus loin dans la découverte de FRAISE, n’hésitez pas à consulter le dossier de présentation en ligne.

    Pour plus d’infos et d’activités sur metalu.net ou par courriel.

    logo metalu.net

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  10. Le Collectif Emmabuntüs est heureux d’annoncer la sortie pour le 16 mars 2020, de la nouvelle Emmabuntüs Debian Édition 3 1.01 (32 et 64 bits) basée sur la Debian 10.3 Buster et Xfce, qui préfigure la première version Alpha de l’Emmabuntüs DE4 sous Debian 11 Bullseye.

    Capture d’écran de l’EmmaDE4 Alpha 1 en cours de préparationCapture d’écran de l’EmmaDE4 Alpha 1 en cours de préparation

    Cette distribution a été conçue pour faciliter le reconditionnement des ordinateurs donnés aux associations humanitaires, notamment, à l’origine, aux communautés Emmaüs (d’où son nom). L’objectif est de favoriser la découverte de GNU/Linux par les débutants, de prolonger la durée de vie du matériel pour finalement limiter le gaspillage lié à la surconsommation de matières premières.

    Les objectifs de cette nouvelle version

    Comme évoqué dans les annonces précédentes sur LinuxFr.org en juillet 2019, et septembre 2019, cette nouvelle version de notre distribution reprend les bases de l’Emmabuntüs DE2 sous Debian 10 Buster, et après avoir réalisé dans les versions Alpha, RC et finale, une diminution notable de la taille de l’image ISO, la rationalisation des logiciels présents, les améliorations de la gestion d’un thème sombre/clair, la prise en charge de l’installation en mode UEFI secure boot, ainsi que l’installation simplifiée via Calamares en mode autonome (live). Cette version de mise à jour apporte des améliorations en termes d’ergonomie, de temps de démarrage en mode autonome, de correction des déchirures d’image (tearing), et l’ajout des logiciels OpenBoard et Minetest.

    Capture d’écran de Minetest sous l’EmmaDE3 1.01Capture d’écran de Minetest sous l’EmmaDE3 1.01

    Cette nouvelle version va servir de base à notre future Emmabuntüs DE4 basée sur Debian 11 Alpha 2, et nous allons mettre à profit cette période de confinement pour essayer de sortir la première version alpha de notre Emmabuntüs DE4 dans un ou deux mois. Les phases de tests de cette version ont débuté cette semaine.

    Si certains ou certaines d’entre vous désirent participer aux tests de la future version d’Emmabuntüs basée sur Debian 11, n’hésitez pas à nous contacter.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur