blog

Le projet Khaganat

Khaganat vise à créer un MMORPG aussi libre que possible. Libre dans les possibilités qu'il donne au joueur (mais ça c'est ce que tout MMORPG essaiera de vous offrir), libre aussi dans son code… et dans ses ressources graphismes, dans son univers, son histoire, les outils pour le modifier et le faire évoluer.

Le moteur est basé sur RyzomCore libéré le 6 mai 2010 sous la licence AGPL v3. D'ailleurs, les contributions croisées avec le projet Ryzom sont nombreuses. Les données de Khaganat sont sous licence CC-BY-SA.
Khaganat est le nom du projet global, Khanat celui du premier monde.
Khaganat est un projet en développement. Il existe un client pour Windows, Linux et Mac. Le client se connecte directement sur le serveur. L'univers est peu fourni pour le moment.

Site Officiel

Découvrez XQF pour trouver des serveurs de jeu

XQF, c'est quoi ? XQF est un logiciel libre qui liste des serveurs de jeu en ligne pour permettre au joueur de trouver facilement une partie qui lui plaît. XQF est certainement un des plus anciens dans sa catégorie (créé en 1998) et, oui, il est donc toujours actif, incroyable !
Après un long sommeil, une nouvelle version 1.0.6 vient d'être diffusée ce 2 novembre 2014 par un contributeur francophone (Thomas Debesse) : la liste des jeux a été mise à jour , et le code a été quelque peu rafraîchi et la traduction française complétée.
Notez que XQF est disponible seulement sous Linux.

À quoi sert XQF ?
XQF permet à l’utilisateur de lister les jeux multijoueurs qu’il a installés (et proposés par XQF) et, pour chacun de ces jeux, XQF fournit une liste de serveurs maîtres (modifiable). Les serveurs maîtres sont les serveurs qui listent les serveurs qui hébergent des parties jouables. XQF forme alors une liste unifiée de serveurs de jeu avec le nom du serveur, le type de jeu, le nombre de joueurs actuellement présents et la plupart du temps les noms des joueurs connectés.
Il suffit alors de double-cliquer sur un serveur ou de cliquer sur «Connexion» pour que XQF lance le jeu avec les bons paramètres.
Beaucoup des jeux référencés sont libres ou au moins partiellement libres. Notamment, les jeux suivants ont été ajoutés :
-Xonotic : un fork du jeu Nexuiz
-Unvanquished, : un fork en développement actif du jeu Tremulous désormais arrêté.
-Smokin'Guns : un jeu de tir à l’âge du Western américain, façon Le bon, la brute et le truand.
-Urban Terror : un jeu qui exploite un scénario désormais très classique dans le genre : «forces spéciales contre terroristes».
-OpenArena : un projet qui ambitionne d’être un clone libre de Quake III Arena.
-World of Padman : un FPS très coloré.
-ZEQ2 Lite : qui emmène le joueur dans l’univers de Dragon Ball Z.
-Alien Arena: un FPS se déroulant dans un univers de science fiction façon années 50 et avec des extra terrestres à la manière de Mars Attack, et basé sur le moteur CRX (un fork d’id Tech 2),
-Quelques autres mods plus anecdotiques comme Reaction, Turtle Arena ou Q3 Rally,
-OpenTTD : une réécriture libre du jeu original Transport Tycoon Deluxe.
-Enemy Territory: Quake Wars, un jeu dans la lignée de Wolfenstein:Enemy Territory mais se passant dans l’univers de Quake.,
-Enemy Territory: Legacy, l’initiative qui maintient et améliore le code libre du jeu Wolfenstein: Enemy Territory
XQF est une interface pour QStat, un programme de Steve Jankowski et il utilise GTK+ (d'ailleurs la présente mise à jour en profite pour passer de GTK 1 à GTK+ 2).

OpenJill une réécriture du moteur de la trilogie Jill

Le projet OpenJill : il s'agit de la réécriture en libre du moteur de la trilogie Jill. C'est un projet visant à décrire le fonctionnement du jeu Jill of the Jungle sorti en 1992 par Epic Games. Il propose en plus une réécriture de l'exécutable d'origine en Java (Swing).
Selon Wikipédia, il s'agit d'un jeu de plateforme où Jill, une femme en costume de bain, a pour quête la libération du prince charmant.
Les sources sont distribuées sous licence MPL.
Mais attention, il s'agit juste du moteur. Le jeu lui-même nécessite les données du jeu d'origine qui sont donc sous licence propriétaire classique. A moins donc que les auteurs aient l'énergie de faire au moins un niveau libre, le jeu restera partiellement libre. Mais on peut toujours en rêver...

site officiel :

l'annonce sur Linuxfr

Genetic Invasion, l'évolution génétique au service du jeu video

Genetic Invasion est un jeu de type Tower Defense au concept innovant : il s'agit de l'application des algorythmes d'évolutions génétiques à un jeu video. McMic nous explique dans sa conférence "Using genetic algorithm to enhance game experience" donnée en anglais aux RMLL 2013 qu'un Tower Defense s'applique bien à cette expérience ludique.
Qu'en est-il exactement ? En fait, les ennemis s'adaptent au joueur et à la façon dont il joue. On a donc un jeu au déroulement jamais tout à fait identique. Concrètement pour le jeu qui nous occupe, des vagues d'assaillants essayent d'atteindre la sortie et on essaie de les en empêcher en plaçant des tours pour leur tirer dessus. Selon ce qu'on place et l'endroit où on les met, les survivants à l'attaque sont différents. Suite à chaque vague, l'algorythme calcule une nouvelle vague d'assaillants. Ceci prend un peu de temps (d'où l'intérêt du Tower Defense, qui permet une pose entre 2 attaques, le temps des calculs génétiques). "Le but est que le joueur perde", nous dit MCMic : ce n'est pas bien Mr le Concepteur. Au nom du Syndicat des Joueurs Indépendants, je proteste.
Les graphismes sont assez pixélisés, ce qui s'explique par le fait que c'est le concept qui est mis en avant et non pas les qualités graphiques. La traduction française doit exister, mais je ne l'ai pas trouvée.
Note :
-Développeurs : Clément Léger, Côme Bernigaud, Loïc Jean David Arjanen, Romaric Pighetti
-L'éditeur de cartes a été financé par le biais d'Elveos (un site aujourd'hui disparu)
Licence : GPL v3, avec des parties en LGPLv3 et GPLv2.

site officiel :

video de la conférence aux RMLL 2013 (en anglais):

Ned et les maki

Le scénario :
Suite à un incident survenu dans son monde, Ned le koala masqué aux chaussettes rayées déambule au sein d'une étrange forêt. Un certain temps de marche passe avant qu'il n'y découvre un terrain où des bâtisses remplacent les arbres.
Voici un jeu intéressant, issu d'une collaboration entre Devnewton, Geeky Goblin Production et Natir qui ont débuté leur collaboration sur Linuxfr en septembre 2013 et ils ont sorti leur première version dès début décembre de la même année, chapeau !
Geeky Goblin Production est un groupe d'écrivains et artistes éclairés (ou illuminés, comme on veut) par la lumière du concept du "libre" au point d'en faire, en quelque sorte, leur religion. On ne cachera donc pas notre satisfaction de voir publié ce nouveau jeu sous la licence originale "Art libre" ce qui n'est pas commun pour un jeu.
Le jeu est basé sur Java, OpenGL, Lwjgl et Tiled et est déjà disponible sous Windows, Linux et Mac OS X. Une première démo a été faite aux JM2L 2013.

site officiel

téléchargement

Angry Drunken Dwarves, un jeu presqu'entièrement libre.

Le scénario : vous êtes un Nain saoûl et fâché. Pourquoi êtes-vous en colère ? Qui sait. Mais, vous êtes décidé à vous défouler sur les autres nains, en leur jetant des gemmes sur la tête.
Angry Drunken Dwarves est un jeu de type "Blocs qui tombent" similaire au jeu "Puzzle Fighter" de Capcom, et aussi à FloboPuyo. Il s'agit de regrouper les gemmes par groupe de 4 au moins et de les faire exploser par une bombe de même couleur. Ceci envoie des gemmes dans le camp adverse. Comme dans Tétris, quand les gemmes atteignent le sommet, on a perdu. Il peut se jouer seul ou à 2 sur le même ordinateur. On dispose de 7 personnages et 6 niveaux d'Intelligence Artificielle. Notez que certains sons proviennent de Pathological et Armagetron. Un jeu écrit avec Python et Pygame et disponible pour Windows et Linux au moins.
Licence : et c'est là où le bâs blesse, la licence est GPL v2, cependant quelques media sont sous licence classique, donc le jeu est seulement partiellement libre.

En conclusion : quel dommage qu'on ne puisse le déclarer entièrement libre pour si peu.

site officiel